8 janvier 2015 CHARLIE

, popularité : 17%

« Je suis Charlie ». Plus de 1.000 personnes (extrait Télégramme)

Beaucoup de monde et beaucoup de jeunes près de l’arbre de la laïcité. La volonté était la même chez tous : rendre hommage aux personnes assassinées et dire non à la barbarie. Des slogans unanimes pour rejeter la violence et défendre la démocratie.

Une place de la Mairie noire de monde, hier midi, pour le rassemblement « Je suis Charlie ». Très forte mobilisation des Concarnois venus dire leur émotion et, surtout, « que l’on doit être unis et rester debout face à cette barbarie ».

Le moins que l’on puisse dire est que les Concarnois ont massivement répondu à l’appel lancé mercredi, en fin d’après-midi, par différentes associations. Difficile de chiffrer le nombre de personnes présentes près de l’arbre de la laïcité, place de la Mairie, hier midi, mais la barre du millier a sans doute été dépassée. « Entre 1.000 et 1.500 personnes », ont estimé les pompiers présents sur les lieux. Il est plutôt rare, à Concarneau, de voir une telle mobilisation sur un sujet de société. Hormis, au lendemain du premier tour de la présidentielle de 2002, quand plusieurs milliers de personnes étaient descendues manifester contre la présence du Front national au second tour. La forte mobilisation d’hier midi montre que les Concarnois ont tenu à exprimer leur douleur, leur colère et leur détermination.

.

JPEG

.

Beaucoup de jeunes

Il y avait beaucoup de jeunes dans la foule. « Ça fait vraiment plaisir », notaient les élus réunis également en nombre, toutes sensibilités politiques confondues. Le proviseur du lycée du Porzou avait affrété des navettes pour que les élèves puissent répondre à l’appel au rassemblement. De leur côté, les élèves de Saint-Jo, qui ne pouvaient sortir de l’établissement, ont eux aussi observé une minute de silence à midi. Les représentants de la Ligue des droits de l’Homme, de l’Amicale laïque, de la loge maçonnique des Frères de la côte, le maire André Fidelin, la conseillère générale Nicole Ziegler et le député Gilbert Le Bris ont tous dit une même chose : il est nécessaire de s’unir pour combattre la sauvagerie, l’extrémisme et toutes les formes d’atteinte à la liberté d’expression. S’unir « face à la volonté de tuer la démocratie ».

Union sacrée

Leila, Avril et Benoît, trois jeunes élèves particulièrement émus, ont insisté sur « la nécessité de ne pas tomber dans le piège du refus de l’autre » et appeler tous les participants à ne pas tomber dans les amalgames religieux. « Je suis musulmane et jamais, ma religion ne m’a dit de tuer ! », a lancé la présidente de la section concarnoise de SOS racisme. Cette forte présence des jeunes concarnois venus dire « non à la barbarie et à l’intolérance » et toutes les personnalités associatives et politiques l’ont souligné et salué, « est un formidable espoir dans l’avenir », disait un des orateurs. « La volonté de vivre ensemble est plus forte que la volonté de tuer et la démocratie survivra », soulignait encore un autre. Forte mobilisation et beaucoup d’émotion pour, comme le rappelait un des organisateurs, dire très fort que « ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise ».

.

JPEG

https://www.traditionrolex.com/21
https://www.traditionrolex.com/21
https://www.traditionrolex.com/21