Le colloque du CLR à Nantes, le 2.10.21

, popularité : 14%

.
Après une année sans initiative en direction du public, le Comité Laïcité République des Pays de la Loire nous invitait à la Manufacture des Tabacs ce samedi 2 octobre 2021.

« décolonialisme », « racisé », « cancel culture », « woke », « intersectionnalité », « genre », « racisme d’état », « racisme systémique », « islamophobie » : tous ces termes qui envahissent notre actualité appelaient à un examen critique.

Son colloque était intitulé :
« L’Universalisme à l’épreuve des mouvances identitaires anglo-saxonnes »

Après le mot d’accueil de Babacar Lame, son président, c’est Gilbert Abergel, président du C.L.R. national qui a présenté la journée.

JPEG

Résumé de l’intervention de Charles Coutel :
"La reconquête de l’universalisme : un devoir pour tous les républicains"

"Nos sociétés démocratiques sont victimes de multiples crises dont les pandémies actuelles sont un exemple criant. Mais elles ont su répondre à ces défis sociaux, économiques et sanitaires par des pratiques de solidarité nationale et internationale forgées par toute notre histoire sociale et politique. Mais ce modèle humaniste ne connaît pas de frontières et se veut universaliste et rationaliste : c’est cet l’héritage des Lumières que nous entendons reprendre et amplifier. Nous en rappellerons la force et l’unité philosophique. En affirmant la nécessité de reconquérir cet universalisme nous indiquerons les conditions pratiques d’une émancipation fondée à la fois sur la promotion des principes républicains, dont le principe de laïcité, et sur la justice sociale".

Son intervention sur laicite-republique.org
http://www.laicite-republique.org/charles-coutel-la-reconquete-de-l-universalisme-un-devoir-pour-tous-les.html

JPEG

Résumé de l’intervention de Xavier-Laurent Salvador

La pénétration des idéologies identitaires : un enjeu éducatif

« Le décolonialisme part d’un aphorisme simple : toute affirmation « tu es » procède d’une grille de lecture culturelle liée à un « Je » qui reflète en miroir l’opinion majoritaire de cette culture. Soit le « Je » y adhère, soit au contraire il s’y soumet. Ce mécanisme est un « colonialisme » de l’esprit reposant sur un aphorisme simple : Coloniser c’est mal. Or éduquer : c’est coloniser les esprits. Donc éduquer c’est mal. Ce colonialisme existe selon cette idéologie à tous les niveaux d’une société. Ayant pris conscience (« woke » ) de cette « maladie » de la modernité, la dénonciation et l’enseignement prophétique de son remède deviennent de nouvelles urgences culturelles qui justifient tous les moyens engagés contre la majorité, fût-elle légitime et démocratique. »

JPEG

Résumé de l’intervention de Karan Mersch

« Au cœur du piège réactif : Stratégie du système identitaire »

"L’efficacité de la tenaille identitaire est surprenante. Elle doit être analysée sous l’angle martial. La réaction au système identitaire, nourrie par l’inflation lexicale anglo-saxonne est calculée et attendue. Les stratégies à l’œuvre sont plus retorses et cohérentes qu’il n’y parait..."

JPEG

Résumé de l’intervention de Emmanuel Debono

"Le mouvement antiraciste, entre continuités et ruptures"

Depuis une vingtaine d’années, le mouvement antiraciste en France paraît se caractériser par de profondes divisions. L’expression "antiracisme politique" est souvent utilisée pour nommer une nouvelle génération de militants, en rupture avec le canal historique de l’antiracisme, souvent incarné par SOS Racisme. À en croire certains observateurs, ce dernier aurait échoué en cultivant une posture morale peu efficace dans la combat pour l’égalité réelle. Pire : il aurait instrumentalisé la lutte, et en particulier les notions d’universalisme et de laïcité, pour transformer les victimes du racisme en coupables. Cette communication visera à mieux saisir les termes et les contours de cette crise du militantisme, en la resituant dans une perspective historique.

JPEG

A la tribune : Gilbert Abergel, Karan Mersch, Emmanuel Debono, Babacar Lame

.

Résumé de l’intervention de Samuel Mayol
« Le décolonialisme à l’épreuve de la République »

Tout en se présentant comme progressistes (antiracistes, décolonisateurs et féministes), un certain nombre d’organisations et de personnalités opèrent minutieusement depuis des années un véritable détournement de la lutte, pourtant nécessaire, de la liberté et de l’émancipation. Se présentant comme décoloniaux ils postulent que les États actuels sont marqués par des pratiques politiques, économiques et un certain régime de hiérarchisation des connaissances, qui se sont mis en place avec les colonisations successives et n’ont pas disparu avec les décolonisations.
Ils dénoncent ainsi ce qu’ils appellent le « racisme d’Etat » qui sévirait notamment en France : un Etat auquel ils demandent en même temps - et dont d’ailleurs ils obtiennent - bienveillance et soutien financier par le biais de subventions publiques.

Au nom de cette présupposition, ils attaquent tout ce que les États mettent en place et notamment l’universalisme républicain.

En réalité, ils cherchent à mettre en place une autre société fondée sur le racialisme, différentialisme, et même le ségrégationnisme (selon la couleur de la peau, le sexe, la pratique religieuse). Ils vont ainsi jusqu’à invoquer le féminisme pour légitimer le port du voile, la laïcité pour légitimer leurs revendications religieuses et l’universalisme pour légitimer le communautarisme.

JPEG

Résumé de l’intervention de Pierre Valentin

"La grande Négation : Comprendre le phénomène Woke"

« Au début des années 2010 surgissait un phénomène qui s’est lui-même désigné comme étant « Woke », signifiant être éveillé aux injustices que subissent les minorités dans les pays occidentaux. Or, une analyse approfondie de cette nouvelle idéologie révèle qu’elle ne peut être une force de proposition. Le « wokisme » ne peut que déconstruire, démanteler, détruire. Sous cet angle là, la cohérence interne de ce mouvement rempli de contradictions apparaît enfin au grand jour : le terrain d’entente des différentes factions woke n’est que négatif. »

JPEG

Des débats d’une grande tenue qui ont permis

- de préciser certaines analyses présentées,
- de détricoter certains cheminements de pensée
- de mettre en garde contre le piège de l’enfermement dans le discours de l’autre :
" Une excellente manière de te défendre d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler" Citation de Marc Aurèle reprise par K. Mersch.
- de pointer les difficultés que rencontrent actuellement les universités, ...

.

Un point commun à la plupart des intervenants : l’importance des mots, de leur exacte définition, même quand celle-ci évolue, de leur articulation.

Remarquable, l’intervention d’un élu de la ville de Nantes, en ce sens que nous aimerions - ô combien - entendre de tels propos dans la bouche de tous les élus de notre République.

JPEG

Une initiative qui en appelle d’autres ...

JPEG


Les vidéos des interventions : https://laicite-republique-paysdelaloire.org/videos-colloque-national-luniversalisme-a-lepreuve-des-mouvances-identitaires-anglo-saxonnes/

Voir en ligne : https://laicite-republique-paysdela...

Annonces

  • Prochaine réunion

    Rendez vous mercredi 8 décembre au Sterenn pour la conférence Racisme et Racismes (20 h 30) et le samedi 11 pour la cérémonie au pied de l’arbre de la laïcité (11 h).
    Nos travaux ordinaires reprendront en janvier.